Paris l’été

Le festival 2020 propose une programmation inédite à partir du  29 juillet

Limitée dans sa durée mais bien vivante, l’édition 2020 du festival parisien va vivre pour les quelques jours à venir (du 29 juillet au 2 août) « en toute liberté ». Si elle n’a pu préserver le festival tel qu’imaginé avec plus de 200 artistes français et étrangers, l’équipe de Paris l’été a eu pour unique et impérieux désir de « redéployer ensemble nos imaginaires obscurcis par cette période éprouvante » en concoctant un programme original en fonction des impératifs sanitaires. Toutes les propositions sont gratuites et sur réservation. Principal lieu d’accueil du festival, en extérieur, le lycée Jacques Decour accueillera, pour la soirée d’ouverture, Sébastien Barrier, artiste associé au Grand T de Nantes, pour une carte blanche avec dégustation de vins naturels, mini-conférence et autres invectives accueillantes, tentative de célébration du présent et collecte des objets perdus. A suivre, une autre carte blanche, les histoires dansées de François Alu, programme en quatre temps avec Luna Peigné, Elena Ramos et Nicolas Sannier. Programmée sur les cinq jours du festival, la compagnie de théâtre Ontroerend Goed propose A game of you, un jeu en forme de parcours taillé sur mesure dont le spectateur est le héros.

Théâtre, danse, lectures, magie, cirque

Pas de festival sans installations, celles de cet été ont pour auteurs Dan Archer, dont Borealis transpose les aurores boréales au cœur des villes sur une musique de Oxsa, une performance artistique et technologique, et le plasticien Pierre Ardouvin, avec Purple rain, sous la forme d’un plateau de cinéma dans lequel le visiteur devient acteur au milieu d’une pluie artificielle. Les 30 et 31 juillet, la compagnie Filipe Lourenço et son association Plan-K présenteront leur nouvelle création, Goual, une chorégraphie confrontant une danse traditionnelle du Maghreb, l’allaoui, à une écriture contemporaine. Laëtitia Dosch, elle, a imaginé une performance radiophonique Radio Arbres, de 17 h à 19 h le 31, à suivre en direct sur Radio Nova et les pages Facebook et YouTube du festival. Des lectures sont aussi au programme : Thomas Quillardet, accompagné d’acteurs et de musiciens, propose une traversée des rues de Paris à partir de scénarios de films qui ont mis Paris en images et Julie Gayet et Judith Henry donneront vie aux mots des femmes interrogées par Annick Cojean dans sa série d’entretiens au Monde Je ne serais pas arrivée là si… Depuis les berges de Seine, le samedi 1er août, le public pourra assister aux concerts de la chanteuse Djazia Satour et des rockeurs de Kinshasa Jupiter & Okwess (en remplacement des DakhraBrakha initialement prévus et bloqués en Ukraine), embarqués sur une péniche voguant de la Tour Eiffel à la BNF. Pour clore le festival, le dimanche 2 août, le programme est riche: de la magie avec Yann Frisch et son spectacle Baltass, du théâtre avec J’ai trop peur, de David Lescot (à partir de 7 ans), Clownstrum du Munstrum Théâtre (à partir de 10 ans) et du cirque avec Renverse, par Les filles du renard pâle et Instable, de Nicolas Fraiseau. De beaux vagabondages en perspective.

. Festival Paris l’été. Lycée Jacques Decour, 12 avenue Trudaine, Paris 9e. Sur la Seine de la tour Eiffel à la BNF. Tél. 01 44 94 98 00. www.parislete.fr billeterie@parislete.fr

No Comments Yet

Comments are closed