Les muses insoumises

Centrée sur l’image de l’actrice, réalisée en collaboration avec le Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia et en partenariat avec le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, l’exposition revient, à partir d’un ensemble d’œuvres, de films et de documents, sur l’histoire culturelle et visuelle du féminisme en France à travers notamment le regard de Delphine Seyrig (1932-1990).

0 Shares

Tournée du Théâtre Vakhtangov

Fleuron de la culture russe, le Théâtre Vakhtangov est né en 1920, fondé par Evgeny Vakhtangov, un disciple dissident du célèbre Konstantin Stanislavski, dans un hôtel particulier du XIXe siècle au cœur du Moscou historique. Depuis 2007, cette institution a trouvé un nouvel essor, sous la direction artistique de Rimas Tuminas, metteur en scène lituanien.

0 Shares

Le cours classique

Le style narratif du début acquiert au fil du récit une dramaturgie, une théâtralité soulignée par l’adaptation de Joël Jouanneau et Sandrine Lanno. Les spectateurs se trouvent tantôt dans la position des élèves tantôt faisant partie des membres de la commission d’enquête. L’analyse de l’incident, poussée dans ses extrêmes par le censeur Saint-Exupéry, vire au comique, à l’absurde, au tragique.

0 Shares

« Art »

La question de l’art contemporain n’est pour Reza qu’un prétexte habile pour observer avec acuité et une certaine ironie les relations des trois hommes, leur malaise, leur désarroi. Comme chez Nathalie Sarraute, la question de la fragilité de l’amitié, de sa déconstruction est fascinante.

0 Shares

Festival d’automne, 48ème édition

Dans Radio Live, Aurélie Charon et Caroline Gillet livrent une version scénique de leurs émissions de radio. Stallone de Fabien Gorgeart raconte l’obsession d’une femme pour Rocky Balboa (au Centquatre) et Cukoo de Jaha Koo donne la parole à trois autocuiseurs à riz pour retracer vingt ans d’histoire sud-coréenne.

0 Shares

La fin de l’homme rouge

La fin de l’homme rouge fait résonner les voix des témoins brisés de l’époque soviétique, voix suppliciées des goulags, voix des survivants et des bourreaux, voix encore des orphelins d’utopie qui ont cru que « ceux qui ne sont rien deviendraient tout. » L’auteure aime les voix humaines solitaires. Cette passion est partagée, relayée par Emmanuel Meirieu, pour qui le théâtre donne une présence, une vérité au témoignage. «

0 Shares

Tchekhov à la folie

Pièces des débuts de Tchekhov, qualifiées de « plaisanteries » par l’auteur, elles ont pour personnages des petits propriétaires terriens. L’argent, la moisson, sont au centre des enjeux et des préoccupations. Dans La demande en mariage, le prétendant ne supportant pas de voir sa future famille s’arroger la propriété d’un pré, ne parvient pas à faire sa demande. L’argent est encore présent dans L’ours qui voit un créancier s’installer chez une jeune veuve en attendant de recouvrer son dû.

0 Shares

An Irish story

A partir de cette quête, Kelly Rivière signe une formidable épopée intime, burlesque et remplie d’émotions, qu’elle interprète en comédienne magnifique, de plain-pied dans son histoire, en grande partie autobiographique. A elle seule, elle va faire vivre chacun des membres de la famille : sa mère, son frère, son fils, la grand-mère anglaise, le détective, les membres du clan irlandais…

0 Shares

5es Hurlants

Hommage au cirque, les 5es Hurlants débute par une série de tentatives, de pertes d’équilibre, et de danse, parfaitement maitrisées par Loïc Leviel qui recommence, encore et encore, remonte sur le fil, sans jamais se décourager ni s’arrêter, comme l’impose la discipline des circassiens.

0 Shares

Paris l’été

Pour son édition 2019, le festival parisien poursuit dans ce qui fait sa marque et son originalité : le mélange des genres, la mixité des inspirations et la découverte de lieux insolites de la capitale. Pour la soirée d’ouverture, le 12 juillet, une seule proposition : une rencontre entre Mozart et la danse hip hop, sur les partitions de Don Giovanni et du Requiem avec dix musiciens de l’Orchestre des Champs Elysées (également le 13).

0 Shares

Homme encadré sur fond blanc

Homme encadré sur fond blanc est un spectacle intemporel, classique du genre burlesque décliné par les artistes du muet comme Buster Keaton ou Jacques Tati. Récompensé par de nombreux prix, il n’avait pas été joué sur une scène parisienne avant cet été. Son auteur, le franco-suisse Pierric Tenthorey, conjugue l’art de la comédie, de la mise en scène et de la magie. Il cultive un humour discret, un comique de répétition inspiré de Tex Avery,

0 Shares

Circus incognitus 

En fond musical, des notes de piano sautillantes ramènent au temps des films muets et du burlesque américain. Ici, pas de machineries compliquées. Avec peu d’accessoires, les plus élémentaires, Jamie Adkins présente des numéros simples, épurés, drôles et poétiques. Ses inventions, il les réserve à l’utilisation des objets, par exemple pour établir un échange avec le public, il propose un lancer d’oranges pas banal, avec réception directe sur une fourchette entre ses dents.

0 Shares

Madame Favart

l’Opéra-Comique sort de l’oubli un opéra peu connu du compositeur, écrit deux ans avant sa mort. Alors qu’il est au creux de la vague, Madame Favart lui redonnera le goût du succès. L’intrigue est inspirée de l’histoire de Charles-Simon Favart, auteur d’opéras-comiques populaires qui épousa, en 1745, l’actrice Melle Duronceray.

0 Shares

La vie de Galilée

C’est tout le propos de la pièce de Brecht, écrite en exil au Danemark en 1938 et retravaillée jusqu’en 1954, alors que l’écrivain, émigré à Hollywood en 1941, avait rejoint l’Allemagne. Pour Eric Ruf qui la met en scène, la pièce pose l’équation entre le refus de l’obscurantisme religieux et le doute fondamental posé sur la finitude de la science. De quoi interroger notre présent qui multiplie les inventions et les fake news.

0 Shares

Les Prix de la critique

Christophe Honoré était présent pour recevoir celui de Meilleur spectacle théâtral de l’année pour Les Idoles, créé au Théâtre Vidy-Lausanne et joué à l’Odéon à Paris cet hiver. Le spectacle y est à l’affiche de la saison prochaine. Simon Abkarian a reçu le Prix de la Meilleure création d’une pièce en langue française pour Au-delà des ténèbres, joué au Théâtre du Soleil, Insoutenables longues étreintes, mis en scène par Galin Stoev, a reçu le Prix Georges-Lerminier et La reprise, de Milo Rau celui du Meilleur spectacle étranger.

0 Shares

NOSMEILLEURSARTICLES

Bigre 
Sopro
Ithaque