Paris l’été

Pour son édition 2019, le festival parisien poursuit dans ce qui fait sa marque et son originalité : le mélange des genres, la mixité des inspirations et la découverte de lieux insolites de la capitale. Pour la soirée d’ouverture, le 12 juillet, une seule proposition : une rencontre entre Mozart et la danse hip hop, sur les partitions de Don Giovanni et du Requiem avec dix musiciens de l’Orchestre des Champs Elysées (également le 13).

0 Shares

Homme encadré sur fond blanc

Homme encadré sur fond blanc est un spectacle intemporel, classique du genre burlesque décliné par les artistes du muet comme Buster Keaton ou Jacques Tati. Récompensé par de nombreux prix, il n’avait pas été joué sur une scène parisienne avant cet été. Son auteur, le franco-suisse Pierric Tenthorey, conjugue l’art de la comédie, de la mise en scène et de la magie. Il cultive un humour discret, un comique de répétition inspiré de Tex Avery,

0 Shares

Madame Favart

l’Opéra-Comique sort de l’oubli un opéra peu connu du compositeur, écrit deux ans avant sa mort. Alors qu’il est au creux de la vague, Madame Favart lui redonnera le goût du succès. L’intrigue est inspirée de l’histoire de Charles-Simon Favart, auteur d’opéras-comiques populaires qui épousa, en 1745, l’actrice Melle Duronceray.

0 Shares

La vie de Galilée

C’est tout le propos de la pièce de Brecht, écrite en exil au Danemark en 1938 et retravaillée jusqu’en 1954, alors que l’écrivain, émigré à Hollywood en 1941, avait rejoint l’Allemagne. Pour Eric Ruf qui la met en scène, la pièce pose l’équation entre le refus de l’obscurantisme religieux et le doute fondamental posé sur la finitude de la science. De quoi interroger notre présent qui multiplie les inventions et les fake news.

0 Shares

Les Prix de la critique

Christophe Honoré était présent pour recevoir celui de Meilleur spectacle théâtral de l’année pour Les Idoles, créé au Théâtre Vidy-Lausanne et joué à l’Odéon à Paris cet hiver. Le spectacle y est à l’affiche de la saison prochaine. Simon Abkarian a reçu le Prix de la Meilleure création d’une pièce en langue française pour Au-delà des ténèbres, joué au Théâtre du Soleil, Insoutenables longues étreintes, mis en scène par Galin Stoev, a reçu le Prix Georges-Lerminier et La reprise, de Milo Rau celui du Meilleur spectacle étranger.

0 Shares

La Grande Petite Mireille

Grâce à Mireille, le swing fait son apparition dans la chanson française. Charles Trenet n’aura plus qu’à creuser le sillon… Il n’est qu’à entendre Papa n’a pas voulu, Quand un vicomte, interprété par Chevalier, ou des pépites délicieusement désuètes que l’on redécouvre avec bonheur comme Pourquoi t’es-tu teinte Philaminte ? ou encore Y a qu’le 27 qui m’intéresse, que Mireille interprétait elle-même de sa voix fraiche et acidulée. Le spectacle mis en scène par Hervé Devolder souligne son apport artistique essentiel dans le domaine de la chanson. Il évoque aussi en arrière-plan son caractère bien trempé et sa vie personnelle, le couple singulier formé avec Emmanuel Berl.

0 Shares

Mary said what she said

La scène est soulignée par deux néons encadrant un espace transcendé de lumière. Hiératique, comme un pantin enserré dans sa robe couleur de terre, le cou emprisonné dans une collerette, Isabelle Huppert compose une reine murée qui voit défiler les images de sa vie. Elle est cette reine enfant, cette femme amoureuse, cette mère.

0 Shares

Mam’zelle Nitouche

Ainsi l’intrigue multiplie les jeux de doubles : Célestin, organiste dans un couvent, écrit de la musique légère en cachette sous le nom de Floridor, la jeune couventine Denise de Flavigny rêve de jouer la comédie et se transforme en Mam’zelle Nitouche quand l’occasion se présente, tandis que le lieutenant des dragons Fernand est déguisé en vieil inspecteur…

0 Shares

Saïgon

Comme un roman-photo avec ses teintes chromo, un jeu qui fleure parfois l’amateurisme et donne un côté naïf, une fraîcheur au mélo, un rythme alangui, le spectacle de Caroline Guiela Nguyen a tout pour flatter l’œil et l’oreille. Il fait beaucoup plus que cela. Il envoie un direct au cœur par l’humanité profonde de ses thèmes essentiels : l’exil, le déracinement, la peur du retour, l’oubli de la langue maternelle, l’incompréhension entre les générations.

0 Shares

An Irish story

A partir de cette quête, Kelly Rivière signe une formidable épopée intime, burlesque et remplie d’émotions, qu’elle interprète en comédienne magnifique, de plain-pied dans son histoire, en grande partie autobiographique. A elle seule, elle va faire vivre chacun des membres de la famille : sa mère, son frère, son fils, la grand-mère anglaise, le détective, les membres du clan irlandais…

0 Shares

Centaures, quand nous étions enfants

Pour dire l’histoire de ce duo, Fabrice Melquiot entremêle récits autobiographiques, rêveries, mythologies et enfance. Sur scène, les deux artistes centaures évoluent, Manolo sur Indra et Camille sur Gaïa, suscitant des images à la beauté en mouvement, saisissante.

0 Shares

Bigre 

Coécrit avec ses partenaires, le mélo burlesque de Pierre Guillois, à la mécanique savamment réglée, est riche en trouvailles, tout y est parfaitement orchestré pour que se déclenchent les mini catastrophes. Drôle, tendre et burlesque, il mêle le trivial, l’insolence et la poésie. Son esprit relève du cirque tendance la Famille Semianyki et sa manière évoque le cinéma muet (aucune parole n’est prononcée, tout se joue dans les attitudes, les gestes, les situations).

0 Shares

Hors la loi

Avec une belle acuité doublée d’une sensibilité aiguisée, Pauline Bureau retrace, parallèlement à l’histoire individuelle de Marie-Claire, le vaste mouvement qui a conduit à changer la loi. Le procès dépasse le cadre personnel, il devient un enjeu pour toutes les femmes.

L

0 Shares

Les Serge (Gainsbourg point barre)

Pour Stéphane Pouderoux qui s’était mis dans la peau de Bob Dylan dans Comme une pierre qui, cosigné avec Marie Rémond, le spectacle aurait pu s’appeler Chacun cherche son Serge. Et chacun le trouve : ici le provocateur, le subversif irréductible, le scandaleux, là le timide, le tendre, l’artiste complexé, blessé…

0 Shares

Un ennemi du peuple

Seul contre tous, Thomas Stockmann, tel un lanceur d’alerte d’aujourd’hui, devient un bouc émissaire, découvre la versatilité de la foule, les lâchetés, les retournements et les pressions politiques. Qui est l’ennemi du peuple ? « La majorité a le pouvoir mais elle n’a pas raison », se défend le médecin.

0 Shares

NOSMEILLEURSARTICLES

Fake
Tartuffe
Welcome
Prévert
Bigre