Marie des poules

Une pièce de Gérard Savoisien retrace le destin de Marie Caillaud, gouvernante de George Sand. Une évocation réussie, avec l’excellente Béatrice Agenin. Reprise de la pièce récompensée par deux Molières.

C’est à onze ans que la jeune Marie Caillaud, se présente un beau matin de 1851 au château de Nohant, dans le Berry, pour entrer au service de George Sand comme fille de cuisine. Chargée d’aller chercher les œufs au poulailler, elle est vite baptisée Marie des poules, afin de la distinguer de l’autre Marie, la cuisinière. A Nohant, George Sand règne en maitresse femme sur la maisonnée et sur son fils, Maurice, amateur de théâtre et créateur de marionnettes. Marie, qui ne sait ni lire ni écrire, découvre un autre monde, elle croise des célébrités comme Delacroix, Alexandre Dumas fils, Théophile Gautier… Contrastant avec son entourage intellectuel, le parler patois et le fort accent berrichon de la jeune fille, sa nature et sa vivacité plaisent à la femme de lettres qui va lui proposer de jouer dans ses pièces, dans le petit théâtre de Nohant. Bientôt, elle lui apprend à lire, et à écrire, en fait sa gouvernante. Maurice, le fils, la séduit, elle devient sa maitresse.

Une évocation réussie

Ecrite à partir des archives familiales, la pièce de Gérard Savoisien est solidement et finement construite, qui trace à la fois un portrait délicat et sensible d’une femme simple et droite et rappelle une époque où le féminisme était encore balbutiant. Sa facture classique est rehaussée par la mise en scène d’Arnaud Denis. L’astucieux décor de Catherine Bluwal –une réplique miniature du château de Nohant, façon maison de poupée, des marionnettes- permet de dévoiler les pièces de la maison, d’en pénétrer l’atmosphère, les différentes strates. Dans le rôle de Marie, Béatrice Agenin est remarquable de finesse et de précision. La talentueuse comédienne accompagne l’évolution de son personnage, de la jeune fille mal dégourdie à la femme amoureuse, à la gouvernante instruite, elle incarne aussi la bonne Dame de Nohant, dont la bienveillance ne va pas jusqu’à rejeter certains principes de classe. Arnaud Denis est Maurice, amant sincère mais fils trop faible pour résister à la domination maternelle. Une évocation sensible parfaitement interprétée et au charme délicat.

 

Marie des poules                   * * *

Théâtre Montparnasse, 31 rue de la Gaité, Paris 14e. Tél. 01 43 22 77 74. www.theatremontparnasse.com

(Photo Fabienne Rappeneau)

No Comments Yet

Comments are closed