Voyages avec ma tante

Nicolas Briançon adapte Voyages avec ma tante. Humour anglais garanti et embarquement réussi. Reprise.

Un peu oublié aujourd’hui, Graham Greene fait partie des grands écrivains britanniques: La puissance et la gloire, Un Américain bien tranquille, Notre agent à La Havane comptent parmi ses romans les plus connus et il est également l’auteur du scénario du Troisième homme. Pendant la guerre, Greene a été agent de renseignements, activité qui a inspiré son œuvre, dont ces Voyages avec ma tante qui voient la vie d’un employé de banque, Henry Pulling, célibataire dont l’essentielle passion est la culture des dahlias, bouleversée par sa rencontre avec sa tante Augusta. Cette septuagénaire excentrique va l’embarquer dans d’étonnants voyages : Brighton en amuse-bouche, puis départ à bord de l’Orient-Express, destination Istanbul, enfin l’Argentine,…

Quatre fringants acteurs

Le style descriptif de Greene ressemble à l’écriture d’un scénario. George Cukor a d’ailleurs réalisé un film en 1972 avec Maggie Smith dans le rôle de la tante ! L’adaptation par Nicolas Briançon de la version scénique du roman réalisée par Giles Havergal est une réussite absolue. Il lui suffit de représenter le flanc d’un compartiment de train en carton-pâte, sur les fenêtres duquel s’afficheront, au fil des déplacements, des photos de paysages, de villes… Et le voyage peut commencer, sous la houlette de quatre fringants acteurs, au mieux de leur forme, dans une mise en scène inventive, sobre et spirituelle, qui rehausse l’extravagance des aventures, l’excentricité et la drôlerie des personnages, sans occulter la nostalgie et la morale de l’histoire.

Chapeaux melons et parapluies

Chapeau melon sur la tête, en costume cravate, Claude Aufaure, Jean-Paul Bordes, Dominique Daguier, Pierre-Alain Leleu se relaient pour jouer Henry, tante Augusta étant interprétée par le seul Claude Aufaure, à fondre, constamment épatant. Cette interprétation multiple donne un mouvement et une vivacité au récit, chacun pouvant également jouer d’autres personnages, ainsi Pierre-Alain Leleu, tour à tour perroquet ou chien, assurer les bruitages,… Et quand ils esquissent quelques pas de danse, ces quatre rappellent les réglages impeccables des Frères Jacques. Dans le pur esprit british, délicieusement suranné, teinté d’une subtile mélancolie, ce spectacle sans temps mort est intensément savoureux. Comme un bonbon anglais.

(lejdd.fr 23 janvier 2015)

Voyages avec ma tante * * *

Théâtre Hébertot, 78 bis bd des Batignolles, Paris 17e. Tél. 01 43 87 23 23. www.theatrehebertot.com A partir du 12 février.

 

No Comments Yet

Comments are closed