L’heureux stratagème

Le Vieux-Colombier entame sa saison avec une comédie de Marivaux réjouissante

Jamais jouée par les Comédiens-Français (et pour cause, la pièce avait été écrite pour les comédiens italiens, comme aimait le faire Marivaux), L’heureux stratagème (1733) précède d’un an l’écriture du Petit maître corrigé, présenté il y a peu Salle Richelieu. D’une modernité rohmérienne, elle suit les atermoiements d’une comtesse prise au piège de sa coquetterie et de son goût de la liberté. Aimée de Dorante, elle le délaisse au profit d’un nouveau venu, un chevalier qui, de son côté, abandonne une marquise. Chassé-croisé qui contrarie les amours de leurs serviteurs, Lisette et Arlequin… Et si Dorante se consolait avec la marquise pour faire réagir la comtesse ? C’est l’heureux stratagème dont Marivaux décortique les moindres rouages, et le dispositif bifrontal imaginé par Emmanuel Daumas est le lieu d’observation, comme sur le vif, des retournements des sentiments des personnages, pris dans l’environnement fragile de murs de papier d’un blanc lumineux, tremblants, mouvants, à l’instar de leurs intermittences du cœur.

Un jeu brillant

Marivaux décortique à l’envi la versatilité du sentiment amoureux dans un style limpide, joue avant l’heure avec l’égalité des sexes. Et les interprètes servent magnifiquement la limpidité et la modernité de son écriture. Dans le rôle de la Comtesse, qui fait fi des sentiments de l’autre, Claire de La Rüe du Can fait merveille et irradie. Parfois, elle semble telle une enfant capricieuse, une ingénue, à d’autres moments, comme une séductrice irrésistible ou une féministe résolue. Le plaisir du jeu rayonne, de Julie Sicard, marquise savamment rouée, à Loïc Corbery, Arlequin vif et torturé, à Jennifer Decker, Lisette combative, affirmée, et aussi Jérôme Pouly, Dorante, Eric Génovèse, Frontin. Quant à l’accent gascon, irrésistible, du Chevalier joué par Laurent Lafitte, il fait un effet assuré, tout comme celui de Nicolas Lormeau, Blaise, le paysan.

L’heureux stratagème          * * *

Théâtre du Vieux-Colombier, 21 rue du Vieux-Colombier, Paris 6e. Tél. 01 44 58 15 15. www.comedie-francaise.org Jusqu’au 4 novembre.

No Comments Yet

Comments are closed