La Gioia

Au Théâtre du Rond-Point, le dernier spectacle de Pippo Delbono rend hommage à Bobo, membre culte de sa troupe

Derrière son titre : la joie, c’est un spectacle de deuil que donne à voir Pippo Delbono, celui de Bobo, le fidèle compagnon de route décédé l’hiver dernier. Bobo, personnage à part, microcéphale, rencontré dans un asile psychiatrique en 1996, et dont la présence irradia tous ses spectacles. La présence de Bobo hante le plateau, tant « il portait en lui le sens profond du théâtre ». Comment concilier la perte et la joie ? Bobo n’est plus là, mais tous ses autres fidèles cabossés de la vie sont présents : Nelson, l’ancien clochard, Ilaria, qui aime danser le tango, Gianluca, trisomique, en robe bleue, qui chante une chanson d’amour, Pepe, réfugié argentin, qui étale des vêtements sur le plateau, comme autant de défroques abandonnées par des migrants, Safi, afghan, ou un autre, y déposant de minuscules bateaux en papier,… Le metteur en scène orchestre les scènes, déclame son texte tandis que se succèdent les tableaux.

« Où est cette joie ? »

Ce spectacle sur la joie est en fait imprégné de souffrances, de la folie du monde. « Dove è cuesta gioia ? » hurle Pippo Delbono. Est-il possible de convoquer la joie quand tout est si difficile dans le monde ? Et de préférer tenter d’instaurer un « chemin vers la joie » comme ligne de vie. La lumière de feuilles d’automne dit les variations du temps, puis des brassées de fleurs inondent le plateau, des guirlandes descendent des cintres, un clown blanc est assis, un gâteau d’anniversaire sur les genoux, celui de Bobo (dont on entend la voix) pour lui organiser une fête. Avec cette dernière création, ténue et néanmoins forte, dépouillée comme en un retour aux origines de la représentation, Pippo Delbono parle de ses « trous noirs », crie ses souffrances, ses rêves. Bâtie sur des improvisations, des suggestions, il y dit la traversée de la douleur. A la recherche d’une joie précaire au monde, elle est baignée de pleurs, de fulgurances, de rencontres, de parcelles de lumière, de vie.

La Gioia                           * *

Théâtre du Rond-Point, 2 bis av. Franklin D. Roosevelt, Paris 8e. Tél. 01 44 95 98 21. www.theatredurondpoint.fr Jusqu’au 20 octobre. Puis tournée.

(photo Luca del Pia)

No Comments Yet

Comments are closed