Grammaire étrangère

A l’invitation du Festival d’Automne, Grand magasin donne une série de six leçons pour réviser sa grammaire

Dans l’amphithéâtre 25 de la Sorbonne, au campus Pierre et Marie Curie, se donnait le lundi 16 septembre une étrange leçon : maintenant et ici, la première d’une série de six, écrites par le duo de Grand Magasin. Au programme de la deuxième, le lundi suivant : il pleut. Viendront ensuite : comme quoi, l’été, traité des passions, et révisions. « Avec Grammaire étrangère, nous tentons d’explorer notre idiome maternel comme s’il s’agissait d’une langue étrangère, nous étonnant d’y rencontrer tout ce que nous savons déjà», expliquent les deux professeurs d’un soir. Et les sujets de surprise ne manquent pas. L’aventure entamée en 2016 se poursuit, la tâche n’est pas terminée pour le duo qui a entrepris d’examiner « un à un tous les mots de notre langue maternelle, de l’explorer comme s’il s’agissait d’une langue étrangère ».  Certes, tout ce qu’ils disent, nous le savons déjà (et de faire défiler l’antienne sur une bande lumineuse), mais à les entendre se disputer le « je », on entre vite dans leur jeu. Car « sitôt que je m’y trouve, ailleurs devient ici. »

Le labyrinthe des mots

Comment s’y retrouver alors ? Et de disséquer les locutions syntaxiques, les mots-outils, décliner ici et , encore et déjà, sur et sous, entre, chez, rien, la, le,…. Le masculin, le féminin se disputent, peut-être vacille, car s’impose, l’exercice donne le tournis, le carambolage des prépositions et des adverbes ferait perdre la raison. Détonnant dans le cadre austère du lieu, Pascale Murtin, robe fluo, et François Hiffler, costume bleu, se renvoient les mots, jonglent avec une précision horlogère, composant une conférence en forme de récital quasi poétique. La leçon est ludique, emportée dans un vertige labyrinthique. Et l’on s’en retourne avec un petit pense-bête, florilège des choses entendues au cours de la leçon. De quoi méditer sur les étrangetés de notre langue.

Grammaire étrangère                   * 

Prochaines leçons : le 14 octobre, Ecole du Professorat et de l’Education, Batignolles, le 4 novembre, Rayonnement régional d’Aubervilliers-La Courneuve, 18 novembre, Sorbonne Université, du 28 novembre au 1er décembre, Centre Pompidou, 4 décembre, !POC ! Alfortville. Festival d’automne, tél. 01 53 45 17 17. www.festival-automne.com

No Comments Yet

Comments are closed