Girls and boys

Constance Dollé crée une pièce de Dennis Kelly. Un solo impressionnant.

De l’auteur britannique contemporain Dennis Kelly, on a pu voir en France, il y a quelques années, deux pièces fortes, Love and Money et Occupe-toi du bébé. Premier volet d’un travail sur le thème « Une ville, une femme », Mélanie Leray, co-fondatrice du Théâtre des Lucioles, met en scène Girls and boys. Sur la scène, Constance Dollé est à table. Le repas est servi et comme chaque soir, quatre spectateurs y sont conviés qui seront les plus proches auditeurs de l’histoire comme si, pour ce récit intime, la femme avait besoin de se confier à des témoins. Elle commence par raconter la rencontre avec son mari, dans un aéroport, la description de la file d’attente est drôle, le style direct et gouailleur. Le couple s’entend bien, elle décroche un nouveau job (à la suite d’un entretien d’embauche impayable), s’épanouit dans son travail, fait une belle carrière. Lui, de son côté, il change peu à peu, devient absent. De temps à autre, elle interrompt le récit pour gronder son jeune fils qui ne mange pas bien, ou sa fille qui fait des bêtises.

Une construction habile

La langue de Kelly est vivante, percutante, elle dit clairement les choses, sans détour, franchement, crûment, et la construction du récit est très habile. Constance Dollé en assume et négocie brillamment les ruptures de style. Peu à peu, insidieusement, on sent planer l’ombre d’un cauchemar, la probabilité d’une horreur. Et elle arrive. Le personnage décrit les faits comme vus de l’extérieur par une tierce personne. A cet instant, l’auteur prend du recul pour inscrire l’histoire en perspective avec la réalité, rappeler des vérités sur les incidences de la virilité blessée, la violence rentrée. Il dit l’apparence, masque opaque de l’évolution personnelle, les choses vécues, le mystère du couple, puis en vient à fendre la surface dans un basculement de l’histoire. La mise en scène de Mélanie Leray ne faiblit jamais dans l’accompagnement du récit habité et tenu de bout en bout, avec une présence nette, constante, intense, de Constance Dollé, remarquable de force et de sobriété.

Girls and Boys                            * * *

Théâtre du Petit Saint-Martin, 17 rue René Boulanger, Paris 10e. Tél. 01 42 08 00 32. www.petitstmartin.com

No Comments Yet

Comments are closed