Festival Paris l’été

Paris l’été, ça va commencer

 

Festival Paris l’été, 106, rue Brancion, Paris 15e. Tél. 01 44 94 98 00. www.parislete.fr Du 16 juillet au 4 août.

Partir à la conquête de toutes les dimensions, c’est l’ambition des artistes de l’édition 2018 du Festival Paris l’été. Au programme, du théâtre, du cirque, de la danse, des événements, des installations et aussi des créations in situ à destination de tous les publics. En préouverture de la manifestation, on peut déjà (à partir du 9) se rendre à Bobigny, à la MC 93, pour découvrir Italienne, Scène et orchestre, de Jean-François Sivadier, qui place le spectateur au cœur du processus de création d’une œuvre d’opéra, en l’occurrence des répétitions de La Traviata. Ce spectacle, créé il y a douze ans et recréé aujourd’hui, pointe avec un humour décapant les conflits entre texte et musique, plateau et fosse d’orchestre, théâtre et opéra. A découvrir ou re-découvrir. Comme, au 104, du 16 au 20 juillet, la pièce magistrale de Joël Pommerat, Ca ira (1) Fin de Louis, une immersion au cœur des débats d’idées de la Révolution française.

Parmi les autres événements attendus, le 16 juillet, La Transumante, de l’artiste de cirque Johann Le Guillerm, sur l’esplanade du Musée d’art moderne et du Palais de Tokyo, spectacle gratuit, comme Paris/Lisbonne le 18, sur la place de l’Hôtel de Ville, ou Lignes ouvertes, la traversée d’une funambule de Tatiana-Mosio Bongonga avec les musiciens de l’Orchestre de chambre de Paris le 21 juillet au Sacré-cœur. Au lycée Jacques Decour, sont programmés différents spectacles chorégraphiques (Tragédie de Olivier Dubois, Kalakuta Republik de Serge Aimé Coulibaly, Fall de Victor Hugo Pontes,…) ainsi que Les trois mousquetaires- la série par le collectif 49 701, les 31 juillet et 2 août. Du 19 au 21 juillet, le collectif Marius jouera Figaro au Centre culturel irlandais, du 23 au 25 juillet, Ambra Senatore investira le jardin de l’Hôtel de Sully avec une création in situ inédite, les 28 et 29, dans le jardin du Musée Picasso, on pourra découvrir Capilotractées, un étonnant duo finlandais à la fibre capillaire solide. Au Monfort, sera donnée l’intégrale de Iliade, mis en scène par Luca Giacomoni avec des acteurs professionnels et des détenus et ex-détenus. Un spectacle puissant. Tout comme, dans un autre registre, les tambours de Kodo dont les nouvelles vibrations feront résonner le Théâtre du Soleil à la Cartoucherie, du 17 au 22 juillet. Le magicien Yann Frisch, lui, arrêtera son camion transformable en différents lieux, à La Villette et au Monfort, pour son spectacle Le paradoxe de Georges qui avait affiché complet au Théâtre du Rond-Point. Et durant toute la durée du festival, la piscine Pailleron accueillera l’installation de Luke Jerram, Museum of the moon, une invitation à la rêverie et à la contemplation céleste qui brillera en journée et lors de deux nocturnes exceptionnelles, les 20 et 27 juillet, pour venir nager au clair de lune ! Mais bien d’autres surprises sont au programme de Paris l’été…

(lejdd.fr le 6 juillet)

No Comments Yet

Comments are closed