Festival d’automne 2018

C’est parti jusqu’à la fin de l’année

 

Festival d’automne à Paris, 156 rue de Rivoli, Paris 1er. Tél. 01 53 45 17 00. Programme complet sur info@festival-automne.com

Aperçu sur les événements phares de la programmation

Fidèles au rendez-vous du Festival d’automne, les comédiens du tg Stan ont, dès le 10 septembre, inauguré la 47ème édition, avec Infidèles, un scénario d’Ingmar Bergman, joué au Théâtre de la Bastille (jusqu’au 28 septembre). Ils joueront ensuite Atelier, une ode chaotique et joyeuse sur l‘art de l’acteur, et Après la répétition, fin octobre. En 2012, le Festival lançait des monographies d’artistes. Les deux portraits de 2018 sont consacrés à la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker avec plus de onze pièces présentées dans vingt lieux partenaires retraçant trente-cinq années de création, et au compositeur canadien Claude Vivier (1948-1983), musicien méconnu disciple de Stockhausen dont l’opéra Kopernikus, un rituel de mort sera mis en scène par Peter Sellars (à l’Espace Cardin du 4 au 8 décembre et du 17 au19 décembre au Nouveau Théâtre de Montreuil). Dans le cadre de Japonismes 2018, et dans la continuité des relations qu’il entretient avec ce pays depuis quarante ans, le Festival accueille des artistes venus du Japon, et notamment des légendes vivantes du kabuki, Nakamura Shidô II et Nakamura Schichinosuke II (à Chaillot du 13 au 19 septembre), trois générations de maîtres du kyôgen (au Théâtre de la Ville, Espace Cardin du 19 au 25 septembre), des chorégraphes et de jeunes metteurs en scène (T2G, Centre Pompidou, Maison de la Culture du Japon,…).

De grands auteurs sont au programme, parmi lesquels Kafka avec la mise en scène du Procès par le Polonais Krystian Lupa (à l’Odéon dès le 20 septembre), celle des Démons de Dostoïevski par Sylvain Creuzevault (aux ateliers Berthier du 21 septembre au 21 octobre), La Petite sirène d’après Andersen par Géraldine Martineau (au Studio-Théâtre de la Comédie-Française du 17 novembre au 6 janvier). Le Théâtre Nanterre-Amandiers entame sa saison le 15 septembre avec Hate, duo inattendu de Laetitia Dosch avec un cheval, et la rencontre du cinéaste Alain Cavalier et du metteur en scène Mohamed El Khatib pour une Conversation mêlant la politique, le désir, le rapport colonial… puis, à partir du 22, le spectacle choc de Milo Rau, La Reprise, premier épisode d’Histoire(s) du théâtre, ou la tragédie d’un fait divers. Le metteur en scène portugais Tiago Rodrigues est de retour avec deux spectacles Sopro, hommage aux souffleurs du théâtre, et By Heart, créé en 2014, sur la transmission des textes (Espace 1789 à Saint-Ouen le 5 décembre). Compagnon de route du Festival depuis 1978, Claude Régy présentera son ultime spectacle, Rêve et folie, de Georg Trakl, créé il y a deux ans, avec Yann Boudaud. Et pour la première fois, Ariane Mnouchkine ne sera pas aux commandes du Théâtre du Soleil. Robert Lepage et sa compagnie Ex Machina investiront les lieux avec Kanata, une épopée relisant l’histoire du Canada à travers les prismes des rapports entre blancs et autochtones.

No Comments Yet

Comments are closed