Festival d’automne 2020


Le week-end prochain démarre le Festival d’automne. Une 49ème édition à la durée prolongée et riche en propositions pluridisciplinaires

L’édition 2020 du Festival prévue initialement a dû être déconstruite pour être, selon son directeur Emmanuel Demarcy-Mota, reconstruite « autrement ». 20 % des spectacles ont dû être reportés, et, dans le but d’accompagner des projets dont les calendriers ont dû évoluer, elle est exceptionnellement prolongée jusqu’au 7 février 2021, avec un nombre de représentations augmenté. Pour entamer cette édition particulière, un week-end d’ouverture riche en rendez-vous offrira un temps partagé autour d’un programme artistique quasi en continu où se mêleront danse et théâtre, débat d’idées et concerts, artistes de renom et jeunes découvertes. Du lever du soleil à son zénith, les comédiens de Gwenaël Morin affronteront les dieux de l’œuvre de Sophocle, en plein air, le samedi 5 et le dimanche 6 à partir de 6 h 30 (Atelier de Paris/CDCN). Deux figures majeures du Festival, qui leur consacre un portrait, Boris Charmatz et Joris Lacoste, seront également présentes lors du week-end, clôturé par l’Ensemble Le Balcon dans la salle du Théâtre de la Ville à l’Espace Cardin.

Des spectacles gratuits, des offres spécifiques

Inédite, cette 49ème édition se veut solidaire à l’égard des artistes, des partenaires et des publics, avec une offre spécifique à l’attention des personnels soignants, des parcours de spectateurs, ateliers, rencontres en partenariat avec l’AP-HP et une politique tarifaire accessible au plus grand nombre ou encore la présentation de spectacles gratuits dans des jardins en septembre et octobre. Tout au long de sa programmation pluridisciplinaire, le Festival continue à faire entendre les échos du monde et à encourager de nouvelles formes. Ainsi Marion Siefert propose un double spectacle, jeanne_dark_ , à la fois pour le théâtre et pour instagram. Sylvain Creuzevault, avec Dostoeivski à l’Odéon, Milo Rau aux Amandiers à Nanterre, Bartabas dans des Entretiens silencieux, Faustin Linuekula avec ses Histoires(s)du Théâtre II aux Abbesses, Tiago Rodrigues et Catarina et la beauté de tuer des fascistes aux Bouffes du Nord sont parmi les metteurs en scène prestigieux au programme.

Vingt-six lieux à Paris, trente-quatre en Ile-de-France

Riche en propositions chorégraphiques, le Festival programme des artistes singuliers comme François Chaignaud, Jérôme Bel (ici avec des solos de Valérie Dréville), Dorothée Munyaneza pour une carte blanche, Mailles, spectacle choral, mais aussi des habitués comme Meg Stuart (Cascade) ou Anne Teresa De Keersmaeker (Drumming Live, à La Villette). En musique, on pourra entendre des œuvres de Wolfgang Rihm et Carlo Gesualdo (église Saint-Eustache), Stockhausen (Philharmonie), Pascal Dusapin (Penthesilea). Réparti sur vingt-six lieux à Paris et trente-quatre en Ile-de-France, le Festival propose également des spectacles à voir en famille comme Pangolarium, de Nicolas Liautard et Magalie Nadaud, Ton père, d’après Christophe Honoré, de Thomas Quillardet, ou encore Rémi, de Jonathan Capdevielle, adapté du roman d’Hector Malot, en deux épisodes, un spectacle au Théâtre de Gennevilliers, et une fiction audio à écouter de retour à la maison. Une programmation riche en découvertes.

. Festival d’automne, du 5 septembre au 7 février 2021. Abonnements et réservations, tél. 01 53 45 17 17 www.festival-automne.com

 

No Comments Yet

Comments are closed