An Irish story

Sur les traces d’un grand-père irlandais disparu, Kelly Rivière embarque dans un road-movie intime formidablement emballant

Des photos accrochées sur un fil, une table basse… Kelly Ruisseau (Kelly Rivière) se retourne sur l’histoire de sa famille, focalisée autour de la disparition de son grand-père irlandais, dans les années 70. Personne n’accepte de lui en parler, comme s’il avait été effacé du tableau de famille. N’obtenant aucune réponse à ses questions, elle mène des recherches… Peter O’Farrel est né en 1930 dans un petit village de l’Irlande du Sud. En 1949, il rencontre Margaret, 16 ans. Pour pouvoir vivre leur amour, ils quittent leur île, direction l’Angleterre, Margaret est enceinte de leur premier enfant, Kathleen, la mère de Kelly. Vingt ans plus tard, un beau jour, Peter O’Farrel quitte femme et enfants, et ne donnera plus signe de vie. Mort ? Pas mort ? Kelly veut savoir. Elle contacte un détective, et fait le voyage jusqu’en Irlande sur les traces du disparu. A partir de cette quête, Kelly Rivière signe une formidable épopée intime, burlesque et remplie d’émotions, qu’elle interprète en comédienne magnifique, de plain-pied dans son histoire, en grande partie autobiographique. A elle seule, elle va faire vivre chacun des membres de la famille : sa mère, son frère, son fils, la grand-mère anglaise, le détective, les membres du clan irlandais…

Un voyage riche en émotions

Comment ne pas penser à Philippe Caubère dans son art extraordinaire de passer d’un rôle à un autre en un quart de seconde, de créer et faire vivre tous ses personnages par une intonation, un regard, un signe, une attitude, un accent ? La langue, ici, a une place capitale, avec ses différents accents, français, anglais, irlandais, que Kelly Rivière (formée à la danse mais également traductrice) restitue avec une précision aigüe. Ses talents de mime, associés à la qualité de l’écriture, au rythme et à l’emballement du récit et à la délicate illustration musicale, font de son spectacle un moment riche en humour, en émotions, en vie. Car en arrière-fond, s’invitent l’histoire de l’Irlande divisée, le poids de l’église catholique, l’exil d’une population pauvre, le sentiment anti-irlandais régnant dans l’Angleterre des années 50 quand certains clamaient : « no Blacks, no Irish, no Dogs ». Entamée sur un mode intime, le récit prend de l’ampleur, de la profondeur, de l’humanité, et de l’humour, avec le voyage à Londres pour questionner la grand-mère, puis en Irlande sur les terres ancestrales. Kelly Rivière embarque dans sa quête, sa remontée du temps, brise les secrets, se fond au cœur des êtres et de la vie. Elle, et son spectacle, sont totalement formidables.

An Irish story                            * * *

Théâtre de Belleville, 94 rue du Faubourg du Temple, Paris 11e. Tél. 01 48 06 72 34. www.theatredebelleville.com Jusqu’au 30 décembre.

No Comments Yet

Comments are closed