Tartuffe

Réunis pour la première fois sur scène, Pierre Arditi et Jacques Weber jouent Molière sous la direction de Peter Stein

L’affiche était prometteuse : deux grands comédiens français dans l’une des comédies les plus célèbres de Molière mise en scène par un maître du théâtre allemand : Peter Stein, ancien directeur de la Schaubühne de Berlin. Le metteur en scène avait déjà dirigé Jacques Weber dans Le Prix Martin, de Labiche, où il faisait une étonnante composition. Le comédien joue ici Orgon, entiché du faux dévot, Tartuffe, interprété par Pierre Arditi. Le spectacle vaut surtout pour leur duo, finement rodé, et pour l’interprétation dans son ensemble. Pour le reste, si Stein bouscule un peu Molière (quelques coupes, un bal en scène d’ouverture, les costumes, le décor Art nouveau, la scène de la fin où Tartuffe s’envole dans les airs…), il ne faut pas chercher une lecture originale, une vision puissante de la pièce, comme avait pu en avoir, entre autres, Ariane Mnouchkine en 1995. Sans prendre un parti pris radical pour l’un ou l’autre, Stein s’attache essentiellement à l’incarnation des personnages écrits par Molière, à donner une représentation de la pièce, « à l’ancienne ».

Un couple vedette

Reste la distribution, la grande affaire. C’est sur elle que repose le succès de l’entreprise. Il est, pour partie, au rendez-vous, a minima. Jacques Weber, Orgon, adopte un ton feutré, doucereux, presque amoureux avec son nouvel ami, et violent, tyrannique, avec sa famille. Pierre Arditi, en Tartuffe, fait des mines, l’œil pétillant, se délectant à jouer, et à montrer qu’il joue la fourberie, et c’est bien vu. Pour tenir tête à ce couple, la fine Isabelle Gélinas compose une séduisante Elmire au caractère bien trempé et Manon Combes une excellente Dorine impertinente et forte en gueule, dans l’esprit de Molière. Catherine Ferran est une imposante Mme Pernelle et Jean-Baptiste Malartre un Cléante avisé. Mais Stein n’explore pas davantage la relation d’Orgon et de Tartuffe, il s’arrête aux effets de l’aveuglement, de la soumission à un imposteur, et laisse chacun en tirer les leçons.

Tartuffe        * 

Théâtre de la Porte Saint-Martin, 18 bd Saint-Martin, Paris 10e. Tél. 01 42 08 00 32. PorteStMartin.com

No Comments Yet

Comments are closed