Festival Purcell

Le Théâtre de l’Athénée ouvre sa saison avec trois opéras de Purcell

La rentrée s’annonce heureuse pour les amateurs de musique baroque et de lamentos tragiques. Le Festival Purcell programmé par l’Athénée met à l’affiche trois oeuvres du grand compositeur, à commencer par Dido & AEneas (1689), une production française de l’Arcal, placée sous la direction musicale de Johannes Pramsohler à la tête de l’ensemble Diderot et mise en scène par Benoît Bénichou. Pour la dramaturge Catherine Kollen, « il s’agira de mettre en ombre et lumière le jeu entre les différentes forces qui nous habitent » dans un scénographie jouant sur le brouillage entre réalité et imagination. Avec Chantal Santon Jeffery (Didon), Yoann Dubruque (Enée), Daphné Touchais (Belinda), Chloé de Backer et le Jeune Chœur de Paris.

King Arthur (1691) est un semi-opéra, sur un livret de John Dryden. Pour Frédérique Chauvet, qui en assure la direction musicale, «comme la plupart des oeuvres que Purcell écrivit pour la scène, la musique de son King Arthur est une merveille. A la richesse de la légende arthurienne répond la profusion musicale purcellienne dans une partition composée d’une riche variété d’airs magnifiquement expressifs, de chansons plus prosaïques, de polyphonies raffinées, de danses populaires. » L’ensemble BarokOpera joue sur des instruments baroques et Frédérique Chauvet, spécialiste de cette période, puise son inspiration dans l’esthétique propre du compositeur et de son temps. Elle entend lui redonner sa particularité, celle d’un « semi-opéra ». Le metteur en scène Sybrand van der Werf adopte un style théâtral : le jeu « transparent » qui sert le style épique, les acteurs faisant mine d’être les personnages qu’ils interprètent. A découvrir.

Pour clore le festival, Queen Mary, un opéra imaginaire d’après le compositeur britannique inventé par Frédérique Chauvet et le BarokOpera, une « saga historique, musicale et drolatique » véritable portrait du compositeur empruntant à plusieurs de ses ouvrages où les interprètes sont tour à tour chanteurs et bateleurs, héros et témoins. Quatre chanteurs et neuf instrumentistes jouent, chantent et guident l’auditeur par des textes narratifs et humoristiques en français. Le Purcell entendu ici est à la fois le musicien de cour favori de la reine Mary et de son époux Guillaume d’Orange mais aussi la coqueluche du théâtre londonien.

 

Festival Purcell

Athénée Théâtre-Louis Jouvet, 7 rue Boudreau, Paris 9e. Tél. 01 53 05 19 19. www.athenee-theatre.com Du 25 septembre au 13 octobre.

No Comments Yet

Comments are closed